Canadian Armed Forces releases policy that defines and addresses hateful conduct

DND

The Canadian Armed Forces has released a new policy framework in the form of a Defence Administrative Order and Directive (DAOD) that addresses harassment, violence and discrimination, including hateful conduct, within the institution.

Racism and discrimination exist and they continue to surface in violent and very tragic ways as has been witnessed with the violence experienced by Black and Indigenous persons recently in the news. This has prompted a discussion about where Canada is as a society in terms of respecting the dignity of every person, without prejudice based on race, colour, national or ethnic origin, or other prohibited grounds.

Equality is a human right; respect and dignity for all are core values of Canada. We must foster a safe and healthy workplace for all members of the Defence Team which means upholding the Canadian Human Rights Act. It is unacceptable for a Canadian Armed Forces member to participate in an activity or have membership in a group or organization that is connected with hate related criminal activities, and/or promotes hatred, violence, discrimination, or harassment on the basis of a prohibited ground of discrimination as defined in the Canadian Human Rights Act.

Although a Military Police report for 2013-2018 cited that some CAF members were involved in incidents related to hate/racism during that period, discrimination, including systemic racism, continues to exist in the organization, and it is completely unacceptable. We also know from Statistics Canada research studies that often incidents related to hate/racism may be underreported by the victims due to fears of retaliation or the perception that no action being taken to hold the perpetrators accountable.

Racism, discrimination, bullying and microaggression in any form damage are harmful to an individual, and also undermine the organization’s operational effectiveness. The new DAOD addresses these behaviours and also defines* what constitutes hateful conduct. The new policy framework provides a path forward to addressing unacceptable behaviour, with the goal of eliminating it from within the organization.

The Chief of the Defence Staff (CDS) General Jonathan Vance, has made it clear that hateful conduct will not be tolerated within the CAF. Vice-Admiral Haydn Edmundson, Commander Military Personnel Command is on record as stating that hateful conduct, be it through words or actions, is completely incompatible with CAF ethics and values.

“The women and men who serve in the Canadian Armed Forces are held to the highest standard for their professional and personal conduct and are expected to exemplify Canadian values, including respect for diversity, whether they are here at home or abroad,” he said. “Any instance of misconduct by a member diminishes our authority as a force for good in Canadian society, and around the world. Every member of the DND/CAF Team has a part to play here as we seek to eradicate racism and bias in all their forms, whether conscious or unconscious. We will listen, we will learn, we will act going forward; we expect measurable progress as we seek change.”

The military and civilian leadership of the Defence Team are jointly coordinated efforts so that there is a shared understanding of the new policy framework for everyone within National Defence. National Defence remains committed to increasing the representation of visible minorities, Indigenous peoples, women and people with disabilities both in numbers and in senior leadership roles. Leaders are engaged and having discussions with representatives from our Employment Equity Defence Advisory Groups (DAG) which included the Defence Visible Minority Advisory Group, the Defence Indigenous Advisory Group, and the Defence Women’s Advisory Organization, Persons with Disabilities, and the Defence Team Pride Network.

In addition to substantial training and awareness campaigns, the Integrated Conflict and Complaint Management (ICCM) Program assist CAF members and civilian personnel to identify, translate, and communicate the harmful effects of these behaviours between individuals and within DND workplaces.

The CAF is also implementing a new system which will allow for systematically tracking and monitoring any suspected incidents of hateful conduct within the organization. It will also have access to subject matter expertise through a network of researchers who specialize in radicalism and the extreme right in Canada and internationally (MINDS webpage.).

Every member of the DND/CAF Team has a part to play here as we seek to eradicate racism and bias in all their forms, whether conscious or unconscious. We will listen, we will learn, we will act going forward; we expect measurable progress as we seek change.

For more information on CAF policy on Hateful Conduct, visit our intranet page on hateful conduct.

Les Forces armées canadiennes publient la politique qui définit et aborde la conduite haineuse

MDN

Les Forces armées canadiennes(FAC) ont publié un nouveau cadre politique sous la forme d’une Directive et ordonnance administratives de la défense (DOAD) qui traite du harcèlement, de la violence et de la discrimination, y compris la conduite haineuse, au sein de l’institution.

Le racisme et la discrimination existent et continuent à se manifester de manière violente et très tragique, comme nous l’avons récemment vu aux nouvelles avec la violence dont ont été victimes les Noirs et les Autochtones. Ces événements ont donné lieu à un débat sur la situation actuelle de notre société en termes de respect de la dignité de chaque personne, sans préjugés fondés sur la race, la couleur, l’origine nationale ou ethnique ou autres motifs de distinction illicite.

L’égalité est un droit de la personne; le respect et la dignité pour tous font partie des valeurs fondamentales du Canada. Nous devons favoriser un milieu de travail sain et sécuritaire pour tous les membres de l’Équipe de la Défense, ce qui signifie qu’il faut faire respecter la Loi canadienne sur les droits de la personne. Il est tout à fait inadmissible qu’un membre des FAC participe à une activité ou soit membre d’une organisation ou d’un groupe liés à des activités criminelles ou incitant à la haine, à la violence, à la discrimination ou au harcèlement, sur la base des motifs de distinction illicite énoncés dans la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Même si, selon un rapport de la police militaire pour 2013-2018, peu de membres des FAC ont été impliqués dans des incidents liés à la haine ou au racisme au cours de cette période, la discrimination, y compris le racisme systémique, continue d’exister au sein de l’organisation, et c’est totalement inacceptable. Nous savons aussi, selon des études de Statistique Canada, que les incidents liés à la haine et au racisme ne sont pas tous déclarés par les victimes par crainte de représailles ou parce qu’elles ont l’impression qu’aucune mesure n’est prise pour que les agresseurs répondent de leurs actes.

Le racisme, la discrimination, l’intimidation et la microagression, sous toute forme, nuisent à la dignité d’une personne, tout en nuisant à l’efficacité opérationnelle de l’organisation. La nouvelle DOAD traite de ces comportements et définit* également ce qui constitue une conduite haineuse. Le nouveau cadre stratégique offre un chemin vers l’avant pour aborder les comportements inacceptables, dans le but de les éliminer de l’intérieur de l’organisation.

Le chef d’état-major de la défense (CEMD), le général Jonathan Vance, a clairement fait savoir qu’une conduite haineuse ne sera pas tolérée au sein des FAC. Le vice amiral Haydn Edmundson, commandant du Commandement du personnel militaire, affirme que la conduite haineuse, que ce soit par des paroles ou des actions, est complètement incompatible avec l’éthique et les valeurs des FAC.

« Les femmes et les hommes qui servent dans les Forces armées canadiennes (FAC) sont tenus de respecter les normes les plus élevées pour leur conduite professionnelle et personnelle, et on s’attend à ce qu’ils illustrent les valeurs canadiennes, y compris le respect de la diversité, qu’ils soient ici au pays ou à l’étranger », a-t-il dit. « Tout cas d’inconduite de la part d’un militaire diminue notre autorité en tant que force du bien dans la société canadienne et dans le monde entier. Chaque employé de l’équipe du ministère de la Défense nationale (MDN) et des FAC a un rôle à jouer dans le cadre de nos efforts visant à éliminer le racisme et les préjugés sous toutes leurs formes, qu’ils soient conscients ou non. Nous écouterons, nous apprendrons et nous agirons; nous nous attendons à des progrès mesurables au fur et à mesure que nous cherchons à changer les choses. »

Les dirigeants militaires et civils de l’Équipe de la Défense font des efforts coordonnés conjointement pour qu’il y ait une compréhension partagée du nouveau cadre stratégique pour tous les membres de la Défense nationale. La Défense nationale demeure déterminée à accroître la présence des minorités visibles, des Autochtones, des femmes et des personnes atteintes d’un handicap, à la fois en nombre et dans les postes de haute direction. Les dirigeants sont engagés et prennent part à des discussions avec des représentants de nos Groupes consultatifs de la Défense (GCD) en matière d’équité en matière d’emploi, qui comprennent le Groupe consultatif des minorités visibles de la Défense, le Groupe consultatif des peuples autochtones de la Défense, l’Organisation consultative des femmes de la Défense, le groupe pour les personnes handicapées, et le Réseau de la fierté de l’Équipe de la Défense.

En plus des importantes campagnes d’instruction et de sensibilisation, le Programme de gestion intégrée des conflits et des plaintes (GICP) aide les membres des FAC et le personnel civil à identifier, à traduire et à communiquer les effets néfastes de ces comportements entre les personnes et les milieux de travail du MDN.

Les FAC mettent également en œuvre un nouveau système qui permettra de suivre et de surveiller systématiquement tout incident présumé de conduite haineuse au sein de l’organisation. Elles auront également accès à l’expertise en la matière par l’intermédiaire d’un réseau de chercheurs qui se spécialisent dans le radicalisme et l’extrême droite au Canada et à l’échelle internationale (page Web MINDS).

Chaque employé de l’équipe du MDN et des FAC a un rôle à jouer dans le cadre de nos efforts visant à éliminer le racisme et les préjugés sous toutes leurs formes, qu’ils soient conscients ou non. Nous écouterons, nous apprendrons et nous agirons; nous nous attendons à des progrès mesurables au fur et à mesure que nous cherchons à changer les choses.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la politique des FAC sur la conduite haineuse, veuillez consulter notre page intranet sur la conduite haineuse.