The Courier

La majore LeBlanc, infirmière praticienne à la Station des Forces canadiennes Alert, évalue un patient dans le cadre d’un exercice de simulation de catastrophe et de pertes massives mené à l’échelle de la station – Photo fournie

Du 12 au 17 novembre a eu lieu la Semaine des infirmiers praticiens et des infirmières praticiennes au Canada, une semaine consacrée à reconnaître les contributions uniques que les infirmiers praticiens et les infirmières praticiennes apportent aux soins de santé chaque jour dans tout le pays. Les infirmières et infirmiers praticiens (IP) sont des prestataires de soins de santé diplômés avec un champ de pratique autonome et légiféré. Avec un rôle remontant aux années 1960, les IP s’autorégulent par une législation provinciale pour prodiguer des soins directs aux patients, diagnostiquer des maladies, gérer des affections aiguës et chroniques, prescrire des médicaments, ordonner et interpréter des tests de laboratoire et des examens diagnostiques, et orienter les patients vers des spécialistes.

La Lcol Klepach, infirmière praticienne, évalue une patiente au C Svcs S FC (O) – Photo fournie

En 2001, 11 officiers en soins infirmiers ont été sélectionnés pour une formation parrainée en IP afin de compléter les équipes de soins de santé en garnison et les missions en déploiement. À la suite de la mise en œuvre de ce projet, un examen de l’emploi des IP en uniforme a été mené et a révélé que « la profession des IP était adaptée et adaptable à un large éventail de déploiements militaires ». Les IP ont été jugés employables dans des domaines tels que :

  • Recherche et sauvetage à grande échelle, secours en cas de catastrophe,
  • Assistance humanitaire internationale,
  • Surveillance et contrôle du territoire canadien et de ses approches,
  • Protection et évacuation des Canadiens à l’étranger, et
  • Opérations de maintien de la paix et opérations de défense collective.

En 2004, malgré un emploi réussi, le concept d’IP en uniforme n’a pas été adopté, et la formation parrainée a cessé. Au moment de leur introduction, une structure professionnelle n’a jamais été établie pour les IP en uniforme, et avec le temps, ces IP sont retournés à la profession parente et ont été employés dans des emplois d’infirmière.

Plus de 20 ans plus tard, le concept de réintroduction des IP en uniforme a été réévalué. Le médecin général a permis à tous les IP qualifiés titulaires d’un permis pour exercer à tire d’IP de postuler et d’obtenir des privilèges de pratique clinique en IP. Dans le cadre de la mise en œuvre de la structure d’emplois des infirmiers et infirmières militaires, une analyse conceptuelle axée sur la Force de réserve (Res F) a été lancée. Cette analyse a conduit à la création de définitions d’emploi formalisées pour les IP et d’une structure professionnelle, qui sera ensuite adoptée par la Force régulière (Reg F) pour une mise en œuvre de la Force totale.

En avril 2021, les Services de santé ont approuvé la création de 40 postes d’infirmiers praticiens et d’infirmières praticiennes de la Réserve. Deux semaines après la mise en œuvre des IP de la Réserve, une IP de la Réserve a été déployée avec succès auprès de la Force opérationnelle en Pologne pour aider aux soins médicaux des réfugiés ukrainiens. Au niveau national, trois contrats de classe B ont été lancés au sein des Centres des services de santé des Forces canadiennes (C Svc S FC) à travers le Canada. De plus, l’entrée directe pour le métier d’IP est désormais acceptée dans la Force de réserve.La majore LeBlanc, infirmière praticienne à la Station des Forces canadiennes Alert, évalue un patient dans le cadre d’un exercice de simulation de catastrophe et de pertes massives mené à l’échelle de la station.

En décembre 2022, la création de 11 postes d’IP de la Force régulière a été approuvée par le Conseil des services de santé des Forces canadiennes (SSFC). Cela a permis aux SSFC de progresser dans l’allocation de fonds de troisième cycle pour six candidats de la Force régulière à l’automne 2023, et cinq candidats à l’automne 2024. Ces postes de la Force régulière offriront un soutien aux FAC grâce à la prestation de soins de première ligne dans des centres désignés des SSFC dès 2024, ainsi que certains postes isolés dans un avenir proche.

La création d’une sous-profession d’IP dans les Forces permet une bonne gestion financière, améliore la prestation des soins en temps opportun en garnison et lors des opérations et favorise l’optimisation des ressources dans un système aux ressources limitées. Cela permet au système de santé des Forces armées canadiennes (CAF) d’évoluer en parallèle avec le système de santé canadien et de favoriser la prestation de soins de santé adaptés aux besoins des FAC. Les questions concernant la mise en œuvre des IP peuvent être adressées à la responsable de la mise en œuvre des IP, Lcol M.L Klepach : (NursePractitioner-IPS@forces.gc.ca).

 

Upcoming Events

Share via
Copy link