Photo d’archives

Avez-vous déjà vu la phrase latine « Tempus fugit » inscrite sur le cadran d’une horloge ?  Elle signifie « le temps passe vite ». 

En cette période de l’année roulante (pour reprendre une expression de Dickens), nous pensons souvent au temps.  Nous venons de commencer une nouvelle année – 2024, c’est incroyable !  C’est pourtant hier que ma femme et moi tenions des nouveau-nés dans nos bras.  Deux de nos fils sont nés en décembre, tout près de Noël.  À cette époque de l’année (il faut arrêter d’utiliser cette expression – très répétitive), nous nous mettons à réfléchir et à avoir les yeux embrumés.  Vous n’avez vraiment pas envie d’être à nos côtés lorsque cela se produit.  C’est vraiment triste.  Pathétique, en fait.  Cela vous donne envie de m’attraper par le col, de me secouer et de grogner : « Ressaisis-toi, mon homme ! ».

Eh bien, je me suis ressaisi.  Et elle est fermement fixée sur le tempus fugit.  Il y a quelques jours à peine (n’est-ce pas ?), nous attendions avec impatience la naissance de notre premier-né (aujourd’hui âgé de 29 ans et mesurant 1,80 m).  Il est arrivé – à son heure – le 18 décembre, avec plus d’une semaine de retard.  Ma femme tenait absolument à ce qu’il naisse avant Noël.  Elle tenait particulièrement à ce qu’il arrive à temps pour que nous puissions rentrer à la maison et montrer notre nouveau cadeau à la famille.

Padre (Major) Howard Rittenhouse – Photo d’archives

C’était un dimanche et il a interrompu mon sermon.  Je me souviens des applaudissements qui ont fusé lorsque j’ai couru le long de l’allée et que je suis sorti pour la conduire à l’hôpital.  Lorsque nous sommes passés devant l’église, les gens sont sortis des portes en riant et en faisant des signes de la main comme si nous étions à la parade (c’est à peu près la dernière fois que je me suis senti important).

Et il y a quelques minutes à peine (n’est-ce pas ?), nous attendions fébrilement l’arrivée de notre dernier-né.  Cette fois, ce n’était pas un dimanche, mais un vendredi – le 23 décembre, pour être exact (16 h 55 HNE, pour ceux qui ont le sens de la précision).

Ma femme avait été induite et le travail avait été plus long que ce à quoi nous nous attendions tous les deux, même si je pense qu’elle était plus intéressée que moi par l’accomplissement de cette tâche, puisque je n’attendais que d’aller m’acheter un double-double.   Eh bien, le bébé avait d’autres idées.  Il était gros – 11 livres, 7,5 onces.  Lorsqu’il a été mis au monde, j’étais en sueur et au bord de la panique, et ma femme était au bord de l’épuisement.  Il ne respirait pas bien du tout à son arrivée et l’infirmière s’est penchée sur le lit de ma femme et a appuyé sur un gros bouton rouge sur le mur.  Les gros boutons rouges ne signifient jamais rien de bon – l’avez-vous déjà remarqué ?  Il était en détresse, on l’a aidé à respirer, on l’a nettoyé, on l’a emmené à la pouponnière et on l’a mis en couveuse tout de suite.  C’était il y a 18 ans.

Et maintenant, nous voilà.  Tempus fugit !  Et plus nous vieillissons, plus il semble s’envoler rapidement.  Si vous n’avez pas encore remarqué ce phénomène particulier, vous le remarquerez !  Vous vous réveillez un matin et vous jurez que vous avez toujours 25 ans (taisez-vous, vous qui avez cet âge ou moins !), mais soudainement, vous vous déchirez des muscles rien qu’en vous levant, vous avez un intérêt démesuré pour les céréales de son et vous achetez des Depends.  Où est passé le temps ?  Il s’est envolé.

C’est drôle.  Quand nous étions jeunes, le temps passait en rampant : Noël semble ne jamais arriver, les vacances d’été s’étirent comme un ciel de prairie et les visites à tante Gertrude sont une torture sans fin.  Puis on vieillit… et c’est le tempus fugit.

Cela nous fait réfléchir – à la vie, à l’univers et à tout (42 !).  Contempler la vie et son sens est une bonne chose, une quête qui en vaut la peine, et il n’est pas nécessaire d’être Sartre, Kierkegaard ou Deadpool pour s’y adonner.  Vous ne pensez peut-être pas beaucoup à ces choses philosophiques, mais cela vaut la peine de le faire avant que le sable du vieux sablier ne s’épuise.

Tempus fugit !  Maintenant, où ai-je mis mes dents ?

Upcoming Events

Share via
Copy link